Projet CorStim

TROUVER UNE THÉRAPIE
POUR CERTAINS DÉSORDRES CÉRÉBRAUX

La stimulation cérébrale profonde (DBS) est actuellement une solution thérapeutique efficace utilisée pour améliorer les symptômes de plusieurs désordres neurologiques incluant la maladie de Parkinson, la dystonie, le tremblement essentiel et les troubles obsessionnels compulsifs lorsque les médicaments ne sont pas, ou plus, efficaces.

L’évolution des techniques

Mais la DBS est aujourd’hui une technique qui a atteint ses limites et comporte plusieurs risques et effets secondaires. Aussi, depuis quelques années la stimulation en boucle fermée est activement explorée afin d’adapter la stimulation en fonction de l’activité pathologique présente, c’est ce qu’on appelle la neuromodulation. Elle permet d’adapter les paramètres de stimulation électrique en fonction de l’activité cérébrale enregistrée localement ou à distance par un mécanisme de feedback en temps réel.

Contrairement à la DBS, la stimulation du cortex cérébral (sans feedback) est une procédure utilisée depuis des années pour traiter certains types de douleur par exemple. Cette procédure est moins invasive, moins longue avec des risques et complications limités et elle se fait sous anesthésie générale. La proposition faite par Anne Beuter et son équipe est d’introduire un feedback basé sur une modélisation biophysique des rythmes corticaux dans la stimulation corticale afin de recréer à la surface du cerveau les effets induits par une stimulation profonde (DBS). La stimulation n’étant déclenchée que là et quand elle est nécessaire.

 

Les atouts du projet CorStim

Anne Beuter, et son équipe de l’Institut Polytechnique de Bordeaux et de l’Université de Bordeaux, a développé et breveté en 2009 une nouvelle technique de neuromodulation corticale. Le projet CorStim a pour objectif de mettre en œuvre chez l’humain cette neuromodulation innovante du cortex cérébral en boucle fermée.

Cette stratégie basée sur des connaissances accumulées depuis des années sur des sujets humains atteints de divers désordres cérébraux ainsi que sur des travaux de modélisation mathématique permettra d’offrir aux patients éligibles, qui en ont besoin, un soulagement thérapeutique plus individualisé (efficace), moins invasif, plus accessible et moins coûteux que la DBS.

 

Développer le projet CorStim

Le projet CorStim doit nous permettre de faire la preuve de notre concept et de ses performances chez les sujets humains atteints de maladies neurodégénératives ou de désordres cérébraux.

Nous recherchons encore des partenaires pour renforcer l’équipe projet et nos financements, aussi n’hésitez pas à nous contacter si cela vous intéresse.

 

Pour aller plus loin

Voici nos articles :

Voici plusieurs publications gravitant autour de notre projet Corstim :