Suite à un accident cérébro-vasculaire (ACV) localisé dans l’hémisphère gauche, certains patient.e.s peuvent développer un trouble du langage plus ou moins sévère qui les empêche de s’exprimer avec des mots (aphasie). On croyait que suite à cet ACV les régions proches de la zone lésée étaient inactivées et que l’hémisphère non touché compensait en partie l’effet de ces lésions.

Fleurs - Japon - Anne BeuterDes chercheur.euse.s utilisant l’IRM fonctionnelle chez 15 sujets atteints d’aphasie depuis au moins 10 mois ont montré récemment que ce n’était pas le cas. Les régions touchées sont au contraire hyperactives non seulement dans l’hémisphère gauche mais également dans l’hémisphère droit comme si le cerveau dans son ensemble cherchait désespérément à rétablir des connexions qui auparavant étaient automatiques. Suite à une période de rééducation de 12 semaines, au cours de laquelle les patient.e.s ont travaillé avec des catégories de mots atypiques, une nouvelle IRM fonctionnelle a montré que l’activité cérébrale des zones lésées s’était calmée et que l’activité était répartie dans les deux hémisphères et pas seulement dans l’hémisphère sain (droit).

Que faut-il en conclure ?

L’activité cérébrale est organisée autour de réseaux très complexes qui se réorganisent pendant des années suite à un AVC. Chaque cerveau étant unique et chaque AVC étant différent il est important que la rééducation prenne ces éléments en compte, s’adapte aux besoins spécifiques de chaque patient.e et favorise les comportements qui sont les plus importants ou nécessaires à chaque personne touchée afin d’optimiser la réorganisation des réseaux affectés.

Références : Meier, E., Johnson, J., Villard, S., & Kiran, S. (sous presse). Does Naming Therapy Make Ordering in a Restaurant Easier? Impairment vs. Function Rehabilitation Outcomes in Aphasia. American Journal of Speech Language Pathology.

Découvrez notre projet Corstim qui a pour objectif de trouver une thérapie pour certains désordres cérébraux.